Gael Faure

Édition 2023

PRÉSENTATION

Gael Faure

Dans L’Eau & la peau, la trame est pop, le propos existentialiste. Les deux questionnent notre pouvoir de changer notre relation à soi, aux autres et au monde en se reconnectant à la nature et surtout à sa propre nature. Près de quinze ans après ses débuts, le désir de s’affranchir des règles et des rouages de l’industrie musicale s’est imposé à Gael Faure. Revenir à la simplicité.

D’abord avec le salvateur Regain, son dernier album paru en 2018, puis son spectacle Le Bruit du blé autour de Jean Giono. Dans le viseur de L’Eau & la peau : une alliance du synthétique et de l’organique, des ritournelles chamaniques, le besoin d’entendre les cuivres mêlés aux synthés et un piano jouant la ritournelle, répondant aux rythmes et aux mouvements des mots. L’objectif est collectif : « Se laver de ces emprises du passé, des fantômes de famille, des blessures enfouies et des traumatismes transgénérationnels non résolus, des douleurs cachées, des hontes et des peurs.

En cette période, il, faut vraiment être armé spirituellement pour ne pas sombrer dans une certaine folie, la dépression ou la colère ! C’est l’opportunité de s’occuper de soi, de tout recommencer. » Avec L’Eau & la peau, oracle qu’on pourrait croire niché dans les terres de Lourdes, Gael Faure accepte son propre désordre et nous permet, à nous aussi, de lâcher prise.

Interview de Gael Faure

En 2006, Gael Faure a fait la Nouvelle Star, aujourd’hui il est certain de ne jamais vouloir en être une. Du moins pas comme la télé l’entend. Fils d’agriculteur, enfant de la campagne avant tout, la musique, elle, est le fruit de rencontres fortuites et d’heureux malentendus. Après être passé par tous les états et toutes les étapes, il est aujourd’hui plus que jamais en reconnexion avec lui-même, avec les autres, et bien sûr avec la nature. Comment ? En faisant les choses différemment.

3 réponses